jeudi 21 août 2014

Les Singuliers; Anne Percin

Alors que l'artiste contemporain le plus cher du monde_Damien Hirst_ défraye la chronique en achetant pour quelques 43 millions d'euros une confortable demeure en plein cœur de Londres , Anne Percin nous propose de frayer avec quelques artistes en devenir bien moins argentés: ils ont pour noms Paul Gauguin et Vincent Van Gogh, et n'ont pas encore bouleversé le monde de la peinture. Ce roman commence en 1888 dans un petit village du Finistère qui n'a pas encore donné son nom à une "école": Pont-Aven.
Hugo Boch,un jeune belge en rupture de ban avec sa riche famille, s'installe dans le bourg en espérant y trouver sa voie. Mais la vie n'est pas facile quand on a préféré la bohème à la sécurité de l'entreprise familiale. Son histoire et celle de ses proches se raconte à travers les lettres qu'ils s'échangent.
Anne Percin, qu'on connaissait surtout pour son excellent trilogie jeunesse "Comment bien rater ses vacances", nous offre un des romans les plus attachants de cette rentrée littéraire 2014. 

JEAN

lundi 4 août 2014

L'Ecrivain National; Serge Joncour

Rentrée Littéraire 2014

 

Serge, un écrivain pas très connu, a accepté de s'installer en résidence dans une petite ville du Morvan. A son arrivée, alors qu'il patiente à la gare, il tombe sur la page faits divers d'un journal local. Un article attire son attention. Il parle de la disparition inexpliquée d'un riche octogénaire et de la mise en accusation d'un jeune marginal. La compagne de celui-ci, dont la photographie illustre l'article, va très vite obséder le romancier. A sa manière, il va mener l'enquête sur cette étrange affaire.

Sur des motifs de roman noir (une disparition, une femme fatale, etc.), Serge Joncour livre ici une réflexion passionnante sur le statut des écrivains.
Esseulé à la fois parce qu'il n'appartient pas au microcosme de la ville où il va vivre pendant un mois et par son métier (tout le monde se méfie plus ou moins de vous quand vous êtes écrivain), le narrateur va faire l'expérience du malaise et de la solitude. Installé dans un hôtel désert, abandonné plus ou moins à lui-même, c'est aussi son enquête qui va donner un sens à sa présence dans le Morvan.
Il y a beaucoup de choses très bien dans ce roman. A commencer par une atmosphère entre Chabrol et la série Twin Peaks (de David Lynch). Chabrol pour la peinture acide de la petite bourgeoisie de province, dont les mœurs policés ne peuvent masquer totalement la vanité. Twin Peaks pour ces bois impénétrables qui entourent la ville et qui semblent être le lieu où les instincts primaires de l'homme peuvent éclater au grand jour.
En faisant de son personnage principal un écrivain nommé Serge, Serge Joncour brouille les pistes entre fiction et autofiction, et ce dans une perspective très moderne. On pense à Olivier Adam, mais aussi à Christine Angot ou Michel Houellebecq.
Enfin, L’Écrivain National est surtout une histoire d'amour et de désir entre deux personnages qui, chacun à leur manière, vivent en dehors de la société.
Un roman très riche qui augure d'une belle rentrée littéraire.

Sortie le 27 août. 

Jean